Quel taux d’alcoolémie pour 2 verres de vin ?

Les conséquences liées à l’abus de l’alcool sont imprévisibles : accidents de la route, troubles à l’ordre public, vandalisme, etc.

Pour limiter les dégâts, la loi a fixé une limite du taux d’alcool que les automobilistes doivent respecter dès qu’ils prennent le volant pour conduire sur la voie publique.

Le taux d’alcool pouvant varier selon le type de boisson consommée par le conducteur, il est important de savoir la teneur en alcool lorsque vous prenez de la bière, du whisky, ou du vin.

Si, comme de nombreux usagers de la route, vous vous posez aussi la question de savoir quel taux d’alcoolémie pour 2 verres de vin, nous vous donnons des éléments de réponse.

Quel est le taux d’alcool toléré par la loi ?

Quel est le taux d’alcool toléré par la loi

Le nombre de verres de vin que vous pouvez consommer sans être sanctionné par la loi si vous êtes au volant d’un véhicule dépend de l’ancienneté de votre permis de conduire.

Quel est le taux d’alcool toléré pour les jeunes conducteurs ?

Si votre permis n’a pas encore fait trois (03) ans, la loi vous place dans la catégorie des jeunes conducteurs et par conséquent, vous êtes en période probatoire.

L’implication directe de cette situation est que votre permis a un total de six (06) points au lieu des douze (12) que comportent les permis réguliers en France.

Une autre implication est qu’après la détection d’un taux d’alcool de 0,2 g/l de sang chez le jeune conducteur, celui-ci est considéré comme être en infraction.

Or, il suffit juste d’un verre de vin pour que ce taux soit atteint voire dépassé.

La conclusion évidente qui s’impose est que le jeune conducteur ne doit absolument pas boire un seul verre de vin avant de prendre le volant au risque d’être sanctionné par la loi.

Bon à savoir : C’est la même règle qui est appliquée pour les conducteurs qui sont en situation d’apprentissage anticipé, encadré ou supervisé de la conduite.

Ils ne doivent pas prendre le volant dès lors que la limite de 0,2 g/l est atteinte.

Quel est le taux d’alcool toléré pour les conducteurs expérimentés ?

Après trois (03) ans de conduite, vous êtes catégorisé comme conducteur expérimenté et votre permis est définitif avec un solde initial de douze (12) points.

En tant que conducteur expérimenté, la limite légale du taux d’alcool est de 0,5 g/l de sang, ce qui correspond moyennement à deux (02) verres de vin en fonction du consommateur (sexe, poids, santé, etc.).

La conclusion qui s’impose dans ce cas est que le conducteur expérimenté ne doit pas dépasser un verre de vin s’il envisage conduire sur la voie publique.

Que dit la loi par rapport aux professionnels proposant de l’alcool ?

A cause des effets de l’alcool sur le conducteur et des risques qu’il peut générer sur la voie publique, le législateur sanctionne également les vendeurs d’alcool qui sont tenus responsables pour les préjudices que causerait un de leurs clients ayant pris la route en état d’ébriété.

LIRE  Tout savoir sur le Stage de récupération de points en ligne

C’est ce que précise l’article R3353-2 du Code de la Santé Publique en recommandant aux établissements proposant des boissons alcoolisées de rester attentifs en contrôlant la consommation de leurs clients.

L’objectif visé par le Code est de responsabiliser les professionnels proposant de l’alcool dans le but de préserver la vie de leurs clients mais aussi celle des autres usagers de la route.

Les sanctions prévues à l’encontre du gérant sont les mêmes que l’automobiliste qui aurait commis le délit.

Il s’agit, pour les cas les plus simples, du paiement d’une amende de 750 €.

Pour les cas compliqués comme celui d’un homicide involontaire par exemple, le professionnel risque même de subir une peine privative de liberté.

Quelles sont les sanctions relatives à l’alcool au volant ?

Quelles sont les sanctions relatives à l’alcool au volant

Les sanctions diffèrent en fonction du taux d’alcool relevé dans votre sang.

Quelles sont les sanctions lorsque votre taux est compris entre 0,5 g/l et 0,8 g/l ?

La limite étant de 0,2 g/l pour les jeunes conducteurs, ils courent le risque de payer une amende de 750 € et de voir leur permis suspendu pour une période ne pouvant excéder trois (03) années.

Selon le cas dans lequel se trouve le jeune conducteur, le juge peut lui interdire de rouler un véhicule si celui-ci n’est pas muni d’un éthylotest antidémarrage.

Pour les conducteurs expérimentés qui sont appréhendés avec un taux au-dessus de 0,5 g/l (limite légale) mais inférieure à 0,8 g/l, les sanctions applicables sont celles d’une contravention de 4ème classe (amende de 750 €, suspension du permis, perte de six points sur le permis de conduire, etc.).

Quelles sont les sanctions lorsque votre taux d’alcool dépasse 0,8 g/l ?

Tout automobiliste qui dépasse la barre de 0,8 g/l se retrouve dans une situation de délit et sera sévèrement puni par la loi.

Il existe plusieurs types de sanctions pour réprimer cette catégorie d’infraction.

La seule sanction à incidence financière est la condamnation du conducteur délictueux au cours d’un jugement au paiement d’une amende ne pouvant excéder la limite de 4500 €.

Certaines sanctions portent sur le permis de conduire de l’automobiliste.

En un premier temps, il perd six (06) sur son document de conduite dès que l’infraction est définitivement confirmée.

Les agents de la sécurité peuvent, selon les circonstances, lui retirer automatiquement son permis de conduire dans un intervalle de temps ne pouvant dépasser cent vingt (120) heures.

Après la décision du préfet, le permis peut être frappé d’une suspension administrative pouvant s’étendre à six (06) mois.

Si c’est le propriétaire du véhicule qui est l’auteur de l’infraction, les agents de la sécurité peuvent procéder à la mise en fourrière immédiate de la voiture.

D’autres sanctions complémentaires peuvent s’appliquer au conducteur (peine privative de liberté, interdiction de conduire certaines catégories de voiture, prescription de ne conduire qu’un véhicule doté d’un éthylotest antidémarrage, etc.).

Quelles sont les risques avec votre assurance en cas de délit d’alcoolémie ?

Lorsqu’un automobiliste commet une infraction relative à l’alcool, il peut se voir appliquer des sanctions par sa compagnie d’assurance.

Si l’infraction est mineure, l’automobiliste devra payer une prime d’assurance plus élevée.

Cette hausse du coefficient malus de l’assuré est limitée à un plafond fixé à 150 % sauf dans le cas où le conducteur se fait appréhender pour des infractions multiples.

Il peut débourser une prime d’assurance majorée jusqu’à 400 % du montant initial qu’il payait.

En ce qui concerne la prise en charge des dommages générés par le conducteur par son état d’ivresse, la compagnie d’assurance peut décider de ne pas couvrir les préjudices matériels subis par le conducteur.

LIRE  Quel temps pour éliminer l'alcool au volant ?

Par conséquent, seules les tierces personnes victimes seront dédommagées par la compagnie d’assurance.

Lorsque l’infraction d’alcool au volant est grave (circonstances aggravantes, conducteur récidiviste, etc.), la compagnie d’assurance peut tout simplement procéder à la résiliation du contrat de l’automobiliste indélicat, ce qui peut impliquer des difficultés pour s’assurer à nouveau et des charges financières plus élevées pour la prochaine assurance.

Quel est le taux d’alcool contenu dans deux verres de vin ?

Quel est le taux d’alcool contenu dans deux verres de vin

Pour avoir une idée de la teneur en alcool de deux (02) verres de vin, il faut tenir compte de deux paramètres principaux : le volume du vin et le pourcentage d’alcool.

Comment calculer la valeur alcoolique de deux verres de vin ?

Si vous voulez savoir quelle est la teneur en alcool d’un ou de plusieurs verres de vin, il faudra tout simplement utiliser la formule de calcul suivante :

Teneur en alcool (du vin) = quantité du vin x pourcentage d’alcool x 0.8.
La teneur en alcool est exprimée en grammes (g), tandis que la quantité du vin est maintenue en millilitres (ml).

Prenons le cas d’une personne qui boit deux verres de vin équivalant à un total de 200 ml, et que le vin ait un pourcentage marqué de 13 % d’alcool.

Le calcul du taux d’alcool donnera le résultat ci-après : 200 x 0,13 x 0,8 = 20,8 g (ce qui dépasse largement la quantité autorisée par la loi qui est de 0,8 g/l).

Quelle comparaison entre l’alcool contenu dans le vin et les autres boissons ?

A partir de la formule de calcul, il est possible d’établir une correspondance entre la teneur d’alcool contenue dans le vin avec celle d’une bière, d’un whisky ou d’autres boissons alcoolisées.

A titre illustratif, une personne qui prend un verre de bière (avec une contenance de 340 ml et un taux d’alcool de 5 %) aura la même teneur d’alcool dans son sang que celui qui aura consommé un verre de vin (d’une contenance de 140 ml et un taux de 12 % d’alcool).

Cette quantité d’alcool est la même pour celui qui aura absorbé 85 ml d’un vin fortifié avec 20 % d’alcool.

Au total, pour effectuer la comparaison, il faudra tenir compte non seulement du volume et du pourcentage d’alcool, mais aussi du type de boisson consommée.

Que faire pour ne pas être sanctionné pour alcoolémie au volant ?

A côté des précautions que le conducteur doit prendre pour éviter de se faire appréhender pour alcool au volant, il est également nécessaire qu’il s’informe de façon régulière.

Quelles précautions prendre en tant que conducteur ?

Pour ne pas enfreindre la loi pour ce concerne l’alcoolémie au volant, le conseil le plus utile est d’éviter tout simplement de prendre du vin, de la bière, du whisky ou tout autre boisson alcoolisée lorsque vous savez que vous devrez conduire plus tard.

Toutefois, si vous avez pris plus de deux verres de vin, il vaudrait mieux confier la conduite à un autre conducteur n’ayant pas pris de l’alcool ou éviter de prendre la route dans votre état afin d’éviter de causer un accident ou de mettre la vie d’autres personnes en danger.

L’automobiliste qui a pris un ou deux verres de vin peut également de façon proactive se soumettre lui-même à un alcootest dans le but de déterminer s’il n’a pas encore dépassé la limite légale avant de se mettre au volant.

Il faut retenir qu’un seul verre standard de boisson alcoolisée est suffisant pour faire monter le taux de 0,20 g à 0,25 g.

Ce taux peut facilement passer à 0,30 g pour la même quantité consommée lorsque vous êtes une femme, une personne âgée, un fumeur ou lorsque vous êtes soumis au stress, à l’angoisse, etc.

Comment s’informer sur les risques encourus en cas d’alcoolémie ?

Il est du devoir de chaque automobiliste de s’informer régulièrement sur les règles liées au droit routier.

LIRE  Alcool au volant - permis probatoire

En dehors du Code la route, certains sites internet comme le site officiel de l’administration publique ou celui de la sécurité routière constituent d’excellents canaux pour informer les usagers de la route sur la réglementation de l’alcool au volant.

Pour connaître les sanctions prévues en cas d’alcool au volant, les usagers de la route peuvent également consulter des outils de calcul comme le simulateur de Hello Avocat qui informe les utilisateurs sur les risques relatifs à chaque infraction routière.

Ce devoir d’information de l’automobiliste s’étend également à la consultation régulière du solde de points disponibles sur son permis de conduire.

Cette information, vérifiable sur le téléservice Télépoints, lui permet de savoir quels comportements adopter sur la voie publique pour ne pas tomber sous le coup d’une invalidation du permis de conduire.

Comment contester une infraction d’alcool au volant ?

Comment contester une infraction d’alcool au volant

Pour faire un recours contre une infraction d’alcool au volant, il est important de maîtriser la procédure de contestation. L’assistance d’un avocat en droit routier peut également constituer un atout majeur pour obtenir gain de cause.

Quelle est la procédure de contestation d’alcool au volant ?

En premier lieu, le conducteur doit introduire sa requête de contestation dans les délais légaux : quarante-cinq (45) jours en cas d’alcoolémie contraventionnelle et trente (30) jours pour ce qui concerne un avis d’amende majorée.

Pour que votre requête puisse prospérer, il est important de ne pas payer l’amende, parce que le paiement suppose que vous êtes vraiment coupable de l’infraction d’alcool au volant, ce qui entraînera de facto la perte de points sur votre permis de conduire.

Les arguments de contestation de l’alcool au volant portent généralement sur les moyens de détection de l’alcoolémie ainsi que les conditions de l’analyse sanguine.

En cas de vice de procédure avéré (éthylomètre non homologué, pas d’officier sur les lieux du contrôle, etc.), l’automobiliste dispose de fortes chances de ne pas être sanctionné.

Toutefois, il est recommandé de se faire accompagner par un avocat en permis de conduire qui connaît mieux les rouages administratifs, les astuces à utiliser ou encore les motifs raisonnables à invoquer pour disculper son client.

Comment contester l’alcool au volant grâce à Hello Avocat ?

Le cabinet d’avocats Dehan & Schinazi a révolutionné le droit routier avec sa solution innovante : l’application Hello Avocat.

Grâce à cette application très pratique, vous pouvez facilement défendre vos droits depuis le confort de votre maison.

L’application est disponible sur Google Play Store (pour les utilisateurs d’Android) et sur App Store (pour ceux qui utilisent un iPhone).

Avant d’enclencher la contestation via l’application, vous devez, à partir de votre smartphone, prendre les images de tous les documents que vous jugez importants pour votre défense.

Une fois les photos transmises, un avocat du cabinet d’avocats Dehan & Schinazi prend en charge votre dossier et vous accompagne tout au long de la procédure de contestation.

Restez informés de l'actualité en droit routier, ne restez plus dupés par des procédures irrégulières.
Et recevez notre contenu dans votre boîte e-mail

S'INSCRIRE 
Vos informations ne seront jamais partagées
Notez ce post
Articles qui pourraient vous intéresser
L’invalidation du permis de conduire : risques et solutions
L'invalidation du permis de conduire risques et solutions

Vous entendez souvent parler de l’invalidation du permis de conduire ou vous êtes déjà tombés dans une situation de permis En savoir plus

Avocat expert en permis de conduire qui, quand, comment le choisir
Avocat expert en permis de conduire qui, quand, comment le choisir

Présentation des différentes conditions et modalités pour le choix d'un avocat expert en permis de conduire

Pas de commentaires

Ecrire un commentaire

Scannez l'image pour télécharger l'application Hello Avocat

ou cliquez ici
close-link
Restez informés de l'actualité en droit routier, ne restez plus dupés par des procédures irrégulières.
Et recevez notre contenu dans votre boîte e-mail

S'INSCRIRE 
Vos informations ne seront jamais partagées
close-link
Ouvrir le chat
Besoin d'aide ?
Bonjour 👋🏻 ,

Comment pouvons-nous vous aider ?